L'Immigration Italienne, Russe et Arménienne, L'Exode des réfugiés de Hollande, de Belgique et des Pays Balkaniques entre 1920 et 1944 dans les Alpes-Maritimes

CHAPITRE II

Troisième Partie

LES CONSEQUENCES DES LOIS DE NUREMBER, DE L’ANSCHLUSS ET DES ACCORDS DE MUNICH

La montée du nazisme et l’arrivée au pouvoir de Hitler en 1933 ont des conséquences sur l’équilibre en Europe. Le réarmement de l’Allemagne, la politique d’expansion territorial de ce gouvernement, ses mesures raciales et son système totalitaire entraîne des incertitudes, des inquiétudes telles qu’une partie de la population visée quitte l’Allemagne. Ce mouvement est ensuite amplifié par l’Anschluss134, l’occupation de la Tchécoslovaquie et l’envahissement de la Pologne. Le déclenchement de la deuxième Guerre Mondiale en 1939, l’occupation de la Hollande, de la Belgique et de la moitié de la France crée un mouvement de populations vers le Sud. Si les occupés craignent pour leur liberté, les Juifs tremblent pour leur vie. Le projet d’anéantissement des Israélites décidé en 1942 à la Conférence de Wannsee135 est mené avec brutalité par les forces allemandes, en particulier par les S.S.136 Tous ces événements vont susciter des situations nouvelles que nous allons évoquer dans cette partie.

A) LES APATRIDES

L’apatride est une personne, qui ayant perdu sa nationalité d’origine, n’en a pas légalement acquis une autre.137

Posons d’abord la question : comment devient-on un apatride ?

Un Etat peut déchoir un de ses citoyens de sa nationalité. A l’issue de la Première Guerre mondiale, la révolution russe institue en 1921 et en 1924 la dénationalisation des réfugiés, et les massacres d’Arméniens rejettent hors de leur patrie et privent de leur nationalité 2 à 3 millions de réfugiés. C’est à leur intention que l’on met en place le passeport NANSEN document d’identification officiel. Beaucoup d’entre eux sont naturalisés par la suite dans leur pays d’accueil respectif.

Le nombre d’apatrides augmente sensiblement ce phénomène, provoqué par l’afflux des réfugiés Juifs d’Allemagne qui perdent leur nationalité conformément aux lois de Nuremberg du 15 septembre 1935. (Loi allemande N° RGBI 1 1333).

Ces lois sur « la citoyenneté allemande » enlevait aux Juifs leurs droits civiques, la loi sur la « protection du sang allemand » interdisait les mariages entre Juifs et Allemands, ceux déjà contractés étaient dissous. Cette loi interdisait également aux Juifs d’employer à leur service domestique des femmes allemandes de moins de 45 ans.

Ces lois reprenaient en partie les lois canoniques prises au synode d’Elivira en 306, au synode d’Orléans de 358, et au 4ième concile de Latran en 1215. Nous ne tenterons pas d’expliquer le ‘’pourquoi’’ de l’ensemble de ces dispositions.

Le 31 mars 1938, peu après l’Anschluss138, le gouvernement polonais publie une loi sur le retrait de la nationalité polonaise à tout sujet installé à l’étranger depuis plus de cinq ans. De ce fait, 15 000 Juifs polonais vivant en Allemagne deviennent apatrides du jour au lendemain ; le gouvernement allemand les expulse vers la Pologne dans les pires conditions. Pendant de nombreux jours, les Polonais refusent de les recevoir, laissant des trains abandonnés dans une zone inter frontière entre la Pologne et l’Allemagne.

C’est la justification qu’invoque Herschel Grynspan pour l’assassinat du conseiller à l’ambassade d’Allemagne à Paris, Vom Rath. Cette affaire sert de prétexte au déclenchement de la Nuit de Cristal139 en Allemagne.

Celui qui a dû fuir le lieu qu’il habitait pour échapper à des persécutions politiques ou religieuses et qui cherche refuge en France est apatride, à la différence du réfugié, qui a une nationalité légale. Aucun Etat ne le considère comme son ressortissant. Il ne bénéficie d’aucune protection légale.

Le droit d’asile sur le sol français pour toute personne menacée en raison de persécutions politiques ou raciales est un droit qui constitue un principe dont la France s’est longtemps enorgueillie. La Suisse, pays neutre pendant la dernière guerre, pratique le droit d’asile, mais ne considère pas les poursuites religieuses ou raciales comme un motif d’accueil. De ce fait de nombreuses personnes sont refoulées.

Enfin, dernier exemple de transformation de l’identité nationale d’une personne en un apatride : les lois Vichy de 1940. Ralph Schor écrit :

« Dès le 22 juillet furent prisent des dispositions pour réviser la naturalisations accordées depuis la loi du 10 août 1927. [...] cette remise en cause d’une décision légale (...) illustrait la méfiance qu’inspiraient les étrangers (...) quelque 500 000 dossiers furent examinés. En définitive, la nationalité française fut retirée à 15 154 naturalisés. Plus de 6 000 Juifs figuraient parmi les personnes ainsi sanctionnées ».140

En fait, les Allemands demandaient que la totalité des Juifs naturalisés depuis 1927 soient déchus de leur nationalité141 ; Pétain ne voulait pas prendre une mesure générale mais uniquement des décisions individuelles. Jusqu’en 1943, seuls les Juifs apatrides sont déportés. Une déchéance de nationalité générale aurait entraîne encore plus de déportations.

La propagande d’extrême droite donne au mot « apatride » un sens péjoratif. A Nice, nous dénombrons 252 personnes sans nationalité, arrivées entre 1900 et 1940. Jusqu’à 1937, 36 personnes, deux à trois cas par an seulement, sont enregistrés, puis le mouvement s’accélère. Les arrivées se présentent de la façon suivante :

1938

6

1939

126

1940

20

1941

3

1942

11

Tableau 53 Années d’arrivée des apatrides

Nous constatons que l’arrivée de ces 166 personnes correspond directement aux événements politiques de cette période. Par ailleurs, nous avons enregistré 50 fiches sans indication de dates d’arrivée, et 105 fiches avec la marque J. Nous soulignons qu’il est peu vraisemblable que la quasi totalité de ces apatrides venant d’Allemagne ne soit pas juive. Ceci renforce notre observation sur l’absence de certaines déclarations au recensement de 1941.

Les Etats de naissance

Graphique 116 Etats de naissance des Apatrides

L’Allemagne et la Pologne sont les principaux Etats pourvoyeurs d’apatrides ; les Allemands à la suite des lois de Nuremberg, les Polonais détournent l’aspect racial pour invoquer l’absence du pays depuis plus de cinq ans pour dénaturaliser ceux qui ont fui ce pays fondamentalement antisémite. Dans les deux cas, ce sont les Juifs qui sont visés. Les Autrichiens n’appliquent pas ces dispositions au moment de l’Anschluss.

Les lieux de naissance

Nous n’avons pas fait figurer une carte d’Allemagne, les frontières actuelles ne correspondant aucunement à celles en vigueur en 1939, époque commentée.

Les lieux de naissances sont les suivants pour les plus importants :

BERLIN

ALLEMAGNE

19

CONSTANTINOPLE

TURQUIE

15

LEIPZIG

ALLEMAGNE

10

VARSOVIE

POLOGNE

9

VIENNE

Autriche

6

Tableau 54 Villes de naissance des Apatrides

Les tranches d’âges se partagent d’une façon presque égale entre 16 et 60 ans, pas d’enfants en dessous de 10 ans, et 11 personnes de plus de 60 ans.

L’étude sur les professions ne nous donne pas d’indication exploitable ; en effet, sur l’ensemble des apatrides enregistrés, 208 sur 252 sont déclarés comme « sans profession ». Ceci s’explique par le fait que la majorité d’entre eux est arrivée après 1936, époque où l’on ne délivre plus d’autorisation de travail salarié aux étrangers. Le tableau complet des professions se trouve page 61 de l’annexe, Tome 1.

Enfin, nous n’avons enregistré aucun mariage et seulement 3 naturalisations après 1946.

Parmi les apatrides les plus connus habitant pendant cette période dans notre région, puis internés au Camp des Milles, citons ;

Feuchtwangler écrivain, H. Bellmer, peintre, Max Ernst, peintre,

S. Springer, graveur, habitait Grasse,

R. Liebknecht, Fils du fondateur de la « Démocratie allemande ».

B) LES ALLEMANDS A NICE

Nous commençons par la liste comprenant tous les Allemands, puis, dans le chapitre spécialement consacré aux Juifs, nous continuons par l’inventaire de l’énumération des Juifs provenant d’Allemagne uniquement. On constatera qu’il est très probable qu’il s’agisse dans la plupart des cas des mêmes personnes, enregistrées sous la qualification « Allemand » ou « Juif ».

ARRIVEE DES ALLEMANDS A NICE DE 1918 A 1932

Graphique 117 Arrivée des Allemands entre 1919 et 1932

Nous avons relevé 10 arrivées avant 1900, et 9 de 1901 à 1918.

Leur présence n’est pas importante, 143 personnes en 13 ans ; ils ne participent pas à l’essor général des années de reconstruction de la France après la première guerre. Le ressentiment contre l’ancien ennemi est loin d’être apaisé. Pourtant, les Allemands subissent dans leur pays une très grave crise économique et politique qui incite à l’émigration.

Le tableau suivant est plus éloquent. On visualise bien les inquiétudes de 1933, mais surtout les arrivées massives de 1939. Les réfugiés n’arrivent pas de façon continue, mais par vagues successives selon les manifestations d’intolérance des nazis.

Le premier tableau groupe 1255 personnes, le deuxième 790. Comme nous l’avons indiqué supra, il est très probable que dans bien des cas, il s’agisse des mêmes personnes. Avant 1940, ce sont des étrangers de nationalité allemande, après la promulgation du statut des Juifs, et l’apposition du J sur les fiches de la Préfecture, ils sont catalogués comme des Juifs. La courbe graphique est presque la même sur les deux états.







ARRIVEE DES ALLEMANDS DE 1933 A 1944

Graphique 118 Arrivée des Allemands entre 1933 et 1944

Arrivée des Juifs d’Allemagne de 1933 a 1944

Graphique 119 Arrivées des Juifs d’Allemagne entre 1933 et 1944

AGES DES ALLEMANDS ARRIVES A NICE DE 1900 A 1944

Graphique 120 Ages des Allemands lors de leur arrivée à Nice

Ce graphique est établi sur la base de 1479 fiches.

Les âges sont pour la plupart situés entre 26 et 51 ans, ce qui est une fourchette supérieure à celle que nous avons vue jusqu’à présent. Par rapport à la totalité des fiches allemandes, ils représentent 711 fiches, soit 48,1%. Les personnes plus âgées, de plus de 50 ans, sont aussi plus nombreuses que pour d’autres nationalités, ils représentent 446 fiches, soit 30,2%.

LIEUX DE NAISSANCE

BERLIN

151

BRESLAU

30

CHARLOTTENBURG

10

COLOGNE

34

DUSSELDORF

11

ESSEN

12

FRANKFORT/MAIN

60

FURTH

10

HAMBOURG

36

LEIPZIG

31

MANHEIM

25

MUNICH

29

NEUSTADT

10

NUREMBERG

12

POSEN

10

SARREBRUCK

11

STETTIN

10

STRASBOURG

13

STUTTGART

10

VIENNE

104

Tableau 55 Lieux de naissance des Allemands

Cette liste constitue un répertoire des villes allemandes dans lesquelles la majorité des Allemands fichés est née. Il est à noter que Strasbourg figure comme ville allemande, la personne concernée est née avant 1919. Nous avons fait figurer la ville de Vienne à cause du grand nombre nombre d’Allemands nés dans cette ville.



PROFESSIONS DES ALLEMANDS

Graphique 121 Professions groupées des Allemands

Ce document est établi sur la base de 232 fiches, les « sans profession » se montant à 1698 indications. Le grand nombre des personnes déclarées comme ‘’sans profession’’ s’explique par l’absence d’autorisation de travailler pour les professions salariales. Ceux arrivés avant 1936 obtiennent des autorisations d’activité malgré une réglementation de plus en plus sévère, en particulier pour les professions libérales, mais par la suite, ce n’était plus possible.

Ce graphique se caractérise par la prédominance des professions indépendantes, (55,2%) et très peu d’emplois agricoles ou du bâtiment. Il y a 31 étudiant (e)s comptés dans la rubrique » divers ».

Le tableau complet des professions se trouve page 62 de l’annexe, Tome 1.

Les Naturalisations

1946

4

1947

21

1948

5

1949

5

1950

3

1951

3

1955

3

1956

2

1957

4

1959

1

1963

1

Tableau 56 Naturalisations des Allemands

On remarque le grand nombre de naturalisations intervenues en 1947. Nous supposons qu’il s’agit de réfugiés ayant demandé la nationalité française dès la fin de la guerre, (la procédure dure environ 2 ans), ou de demandes de naturalisations déposées avant la guerre et interrompues à cause des hostilités.

LES MARIAGES

de 1937 à 1944

36 célébrations de mariages masculins et 68 féminins sont enregistrées, parmi lesquelles 11 Juifs et 17 Juives.

10 hommes ont choisi des Françaises, et 36 femmes des Français, les autres nationalités choisies se repartissent d’une façon égale entre les différents états européens.

Nous constatons bien, par les naturalisations et les mariages, le désir d’intégration à notre pays, bien que nous ne puissions pas généraliser sur ces données parcellaires et étroites.

C) LES AUTRICHIENS


Carte provenant du dictionnaire Larousse.

Il n’est pas aisé de déterminer le pays d’origine de ceux qui ont un passeport autrichien. L’empire austro-hongrois englobait une grande partie de la Pologne et de la Tchécoslovaquie jusqu’au Traité de Versailles, et ceux qui y sont nés ont souvent, mais pas toujours, acquis la nationalité de ces pays nouvellement crées ou rétablis. Par contre, ceux nés en Hongrie ont la nationalité hongroise pour la plupart. Comme presque toutes les personnes étudiées ont quitté l’Autriche après l’Anschluss, nous supposons que la plupart sont des Juifs, à part quelques opposants au régime hitlérien, non décelables statistiquement.

La politique autrichienne sous les Habsbourg est à tendance libérale, mais l’antisémitisme « de société » règne. Ceci n’empêche pas les Juifs de prospérer.

La grande majorité habite à Vienne. Le recensement du 17 mai 1939142 indique 1 480 Juifs « à part entière », et 22 344 « Juifs mixtes »143 pour la seule ville de Vienne. Les autres régions regroupent, les deux catégories confondues, 7 314 Juifs. (Total 121 138) Ce recensement est fait après l’Anschluss, (rattachement de l’Autriche à l’Allemagne le 15 mars 1938) nous ne savons pas si les Allemands ont pris en compte les Juifs de toutes nationalités présents à cette date dans le pays, ou seulement les Juifs autrichiens.

Un recensement effectué en 1934144 indique 191 481 Juifs pour l’ensemble du pays, dont 176 034 vivent dans la capitale, soit 92%. Si on compare les deux données, on s’aperçoit qu’une partie importante des Juifs avaient déjà quitté ce territoire avant l’annexion allemande. Une diminution aussi importante de 62 210 Juifs uniquement pour la ville de Vienne en 5 ans indique clairement le climat d’incertitudes et de craintes dans lequel vivait cette communauté. Ceci s’explique par l’intense propagande Nazi pendant cette période dans ce pays.

ARRIVEE DES AUTRICHIENS A NICE DE 1904 A 1937

Graphique 122 Arrivée des Autrichiens entre 1904 et 1937

Ce graphique porte sur 200 personnes, de nationalité autrichienne. Comme pour les Allemands, on n’observe que peu d’Autrichiens venus en France pendant les années de forte demande de main-d’œuvre.

Nous supposons que l’accroissement de l’arrivée à Nice des Autrichiens au début des années trente, a un rapport avec les événements de Vienne de cette époque : 1931, révolte socialiste ; 1932, Dollfuss devient chancelier, 1933, agitations Nazie à Vienne, 1934 assassinat de Dollfuss, leur opposant résolu. L’influence allemande se développe.145 L’inquiétude créée par ces événements a pu inciter un certain nombre d’Autrichiens à prendre des précautions et à provoquer leur départ. Stephan Zweig, gagné par cette crainte, quitte le pays dès 1934, Le même phénomène s’est produit en 1937 comme le montre la poussée de 21 émigrants en cette année, suivi par Sigmund Freud en 1938.

A partir de l’Anschluss (14 mars 1938) et l’échec de la tentative de référendum du chancelier Schuschnigg, les arrivées à Nice prennent une grande ampleur.



Arrivée des autrichiens à Nice à partir de 1938

Graphique 123 Arrivée des Autrichiens entre 1938 et 1944

1273 personnes quittent l’Autriche pour Nice à la suite de l’annexion de ce pays à l’Allemagne. Parmi les 1571 personnes représentées sur ces deux graphiques, 819 fiches portent la mention J, soit plus de la moitié. Nous retrouvons cette proportion dans plusieurs origines étudiées, et nous nous pencherons particulièrement sur cette observation constante.

Ralph Schor indique :

« L’aspect répétitif de l’immigration politique et la multitude des soucis accablant les Français firent que ces nouveaux réfugiés attirèrent peu l’attention. Ce furent les personnalités religieuses qui accordèrent l’aide la plus durable (...) Le secours aux Autrichiens, fondé en mars 1938 sous le patronage du Cardinal Verdier et du Baron Guy de Rothschild, était animé par François Mauriac (...) et bénéficiait de l’aide du Consistoire israélite » 146.

Ages des autrichiens lors de leur arrivée à Nice

Graphique 124 Ages des Autrichiens lors de leur arrivée à Nice

Sur 1442 âges répertories, 997 ont entre 26 et 55 ans, ce qui constitue une proportion importante. Nous remarquons la présence de 252 personnes de plus de 55 ans, très peu d’enfants. La pyramide des âges montre une immigration composée en majorité d’adultes

Les lieux de naissance

Les lieux de naissance sont caractéristiques d’un vieil empire, répartis dans l’ensemble des anciens territoires administrés. Près de la moitié des réfugiés est née à Vienne.

Personnes nées en Autriche actuelle :

SANS INDICATION

4

BADEN

12

GRAZ

13

LEMBERG

21

VIENNE

776

Tableau 57 Autrichiens nés dans l’Autriche actuelle




Personnes nées dans les villes d’Autriche d’avant 1918, avant la chute de l’Empire Austro-Hongrois :

BUDAPEST

22

CRACOVIE

12

CZERNOVITZ

20

LWOW

8

PRAGUE

17

STANISLAW

17

Tableau 58 Autrichiens nés dans les villes d’Autriche d’avant 1918

Les Etats de naissance, autres que l’Autriche sont :

ALLEMAGNE

76

HONGRIE

42

POLOGNE

235

TCHECOSLOVAQUIE

62

YOUGOSLAVIE

4

Tableau 59 Etats de naissances des Autrichiens

419 Autrichiens sont nés hors d’Autriche après la Grande Guerre.

Nous n’avons pas jugé utile de présenter un tableau des professions ; en effet, sur 1571 fiches, nous trouvons 1365 « sans profession », les 206 autres fiches indiquent 74 occupations différentes, sur ce chiffre, il y a 59 professions indépendantes, soit 28 étudiants, 16 professions libérales, 9 commerçants et 6 interprètes. Presque tous ont une profession, mais n’ont pas le droit de la pratiquer en France. Le tableau complet des professions se trouve page 62 de l’annexe, Tome 1.

Les naturalisations

1947

11

1948

5

1949

9

1950

2

1951

3

1952

1

1953

2

1957

1

1956

1

1959

1

TOTAL

36

Tableau 60 Naturalisations des Autrichiens

Elles sont nombreuses après la guerre par rapport à d’autres nationalités. Là encore, nous trouvons la confirmation du désir d’intégration à la France. Il en est de même des préférences matrimoniales.

LES MARIAGES

Sur 29 femmes qui ont convolé, 11 ont choisi des Français ; et sur 18 hommes, 6 ont choisie des Françaises. Sur les 29 femmes, 13 ont épousé un Juif, et sur 18 hommes, 8 ont fait le même choix religieux. La tradition d’endogamie reste présente chez les Autrichiens de religion juive. La religion au moment du mariage a pu être déterminée grâce aux fiches d’origine de la Préfecture.

Le document de la page suivante est la traduction d’un acte de naissance nécessaire pour la constitution du dossier de mariage. Il concerne la référence ADAM 2 E 170/158. A cette occasion, un certificat de coutume est délivré par le Consulat. Ce document, daté du 20 janvier 1937, à Marseille prévoit entre autres :

«... Conformément à la législation autrichienne en vigueur dans tous les pays d’Autriche, à l’exception du Burgenland, il ne peut être contracté de mariage valable entre des chrétiens et des personnes qui ne professent pas la religion chrétienne (article 64 du code civil). »

L’intéressé est né le 25 juin 1870 à Vienne, le document est établi par la communauté israélite de cette ville (et non par la Mairie) le 19 novembre 1935.

La cérémonie a eu lieu le 6 février 1937 à Nice avec une Française gardant sa nationalité.

Le document de la page suivante montre qu’au moment de la naissance de M.Guttmann en 1870, ce n’était pas l’Etat Civil de la commune, mais le centre cultuel israélite qui enregistrait les naissances.



D) LES TCHECOSLOVAQUES A NICE

La République Tchèque est créée à la fin de la Grande Guerre, elle est constituée de divers territoires venant entre autres de l’ancien Empire Autrichien et de l’Ukraine. Les traités de Saint-Germain et du Trianon en 1920 en fixent difficilement les limites. En 1938, la conférence de Munich met fin à cet Etat en permettant à l’Allemagne de se l’approprier.

Comme pour la Pologne et l’Autriche, nous rencontrons les mêmes difficultés de définir qui est Tchèque ; l’émigrant né avant 1918 en Autriche, Pologne ou en Russie peut être de la nationalité du pays de naissance ou être Tchèque. Nous avons opté pour le choix de la nationalité telle qu‘elle est indiquée par le passeport, tout en sachant qu’aucune solution n’est entièrement satisfaisante. Une nomenclature des lieux et pays de naissances est jointe à cette étude.

Bien que cet Etat ne soit crée qu’en 1918, nous constatons sur les fiches 10 arrivées de cette nationalité à Nice avant la fin de la Grande Guerre. Cette remarque va dans le sens déjà évoqué, les fiches ont été établies après 1927.

Ralph Schor souligne : 

« L’arrivée des réfugiés [Thèques] fuyant le pouvoir nazi suscita quelques initiatives comme le lancement d’une souscription par le journal Le Temps et la mise en place d’accueil dirigé par le Cardinal Verdier, le Pasteur Boegner et le grand Rabbin Levi. Mais l’aide aux Tchécoslovaques n’entraîna pas un grand mouvement d’opinion ».147

AGES DES TCHECOSLOVAQUES LORS DE LEUR ARRIVEE A NICE

Graphique 125 Ages des Tchécoslovaques lors de leur arrivée à Nice

L’âge de la grande majorité se situe entre 20 et 40 ans, toutefois nous dénombrons 153 personnes de plus de 50 ans, ce qui nous indique qu’il ne s’agit pas d’émigrants à la recherche d’une activité, mais de réfugiés arrivant avec la famille.

Les villes et pays de naissance nous confirment la grande diversité des origines.



BERLIN

56

BRATISLAWA

12

BRNO

22

BUDAPEST

9

KOSICE

5

LWOW

7

MORWSKA

6

OSTRAVA

9

PILSEN

23

PRAGUE

71

PROSTEJOW

10

STRASIN

5

TEPLICE

11

TOPOCANY

5

USTEK

5

VARSOVIE

6

VIDEN

6

VIENNE

121

Tableau 61 Villes de naissance des Tchécoslovaques


ARRIVEES DES TCHEQUES DE 1919 A 1944

Graphique 126 Années d’arrivées des Tchécoslovaques

Ce graphique tient compte de 836 fiches.

Nous voyons que le mouvement de populations est très limité entre les deux guerres, avec une légère augmentation de 1924 à 1927. L’arrivée massive se situe pendant et surtout après la période munichoise148. C’est, de toutes les transferts de population étudiés jusqu’ici, la seule où on note une augmentation si brutale de l’immigration. L’éclatement de la Tchécoslovaquie, et la peur des Allemands, ont fait fuir un grand nombre de personnes.

Le tableau suivant nous donne l’échelle des âges, par tranches de 5 ans.

Graphique 127 Ages des Tchécoslovaques lors de leur arrivée à Nice



BUDAPEST

9

MORWSKA

6

SANS INDICATION

13

PROSTEJOW

10

BERLIN

56

STRASIN

5

BRATISLAWA

12

TOPOCANY

5

BRNO

22

USTEK

5

OSTRAVA

9

VARSOVIE

6

PILSEN

23

VIDEN

6

PRAGUE

71



TEPLICE

11



VIENNE

121



Tableau 62 Villes de naissance des Tchécoslovaques

Sur les 389 villes de naissances indiquées supra, 199 se situent hors de la Tchécoslovaquie d’avant Munich. Sur 926 fiches indiquant le pays de naissance, 654 se trouvent en Tchécoslovaquie, 133 en Autriche, 46 en Allemagne, 31 en Pologne 11 en France, 10 en Russie, 41 dans 11 autres pays.

PROFESSIONS GROUPEES DES TCHECOSLOVAQUES

Graphique 128 Professions regroupées des Tchécoslovaques

Ce tableau ne tient pas compte de 720 personnes déclarées « sans profession ».

La tendance pour l’exercice de professions libérales et commerciales se confirme pour ce pays également. On ne voit que peu d’attraits pour l’agriculture et le bâtiment pour cette nationalité.

La présence de 53 artistes s ‘explique par la venue de 44 collaborateurs tchécoslovaques du cirque Amar juste avant la guerre. Notons aussi la présence de 8 religieuses dans la rubrique « divers ».

Le tableau complet des professions se trouve page 63 de l’annexe, Tome 1.0

NATURALISATIONS

1946

1

1947

6

1948

5

1949

8

1950

2

1951

1

1952

1

1953

0

1954

1

1956

1

1963

1

1967

1

Tableau 63 Naturalisations des Tchécoslovaques

Les mariages ne nous apportent pas de renseignements statistiquement exploitables, les choix sont divers sans préférence marquée. Par ailleurs, compte tenu des incertitudes qu’apportent la vie des exilés, les projets de mariage passent naturellement au second plan.


134L’annexion de l’Autriche

135la décision de la solution finale est prise le 20 janvier 1942 dans ce quartier de Berlin.

136S.S., « Sicherheitstaffel » Unités de protection ou de sûreté.

137Définition du Larousse 1960, page 477

138Rattachement de l’Autriche à l’Allemagne.

13910-11 novembre 1938

140Ralph SCHOR, Histoire de l’immigration en France, 1996, page 168

141Journal officiel du 17 juillet 1940. La procédure n’est pas judiciaire mais uniquement administrative. Un recours est pratiquement impossible.

142Raul Hilberg, Op. cité, page 138, et IBM, l’Holocste, E.BLACK,.Laffont 2001, page 201

143Classification raciale allemande : un Juif « entier,(Volljude) » a quatre ascendants Juifs, un Juif « mixte » ne correspond pas à cette définition, ou il s’agit d’un mariage mixte.

144Office centrale de la statistique Zollamtstrasse 2 B A 1030 Vienne

145F. BROCHE, Assassinat de Dolfuss, édit. Balland 1977, page 85.

146Ralph SCHOR, Op. cité, page 141

147Ralph SCHOR, Op. cité, page 142

14829 et 30 septembre 1938, démantèlement de cet Etat au profit de l’Allemagne.